Entre la bronchite, la grippe, le rhume ou encore la gastro-entérite, les maladies hivernales, si elles ne sont pas dangereuses pour notre organisme, peuvent cependant être répétitives durant cette période. De plus, elles génèrent finalement des dépenses importantes.

Des conseils pour optimiser vos remboursements

Afin de réduire les dépenses liées aux maladies hivernales, il est conseillé d’insister auprès de votre médecin pour qu’il vous prescrive prioritairement les médicaments dont le service médical rendu est élevé. Ces derniers sont généralement remboursés à 65 % par la Sécurité sociale, le reste étant reversé par les mutuelles.

Concernant les médicaments, les mutuelles s’alignent sur les actions de la Sécurité sociale et n’acceptent de rembourser que si le médicament est d’abord pris en charge par l’Assurance maladie. Il ne faut également pas oublier le bonus qui s’applique aux médicaments génériques, car la différence de prix entre la marque et le générique est à la charge du patient, sauf si sa mutuelle rembourse cet écart.

Une prise en charge différente pour la grippe

Alors que le vaccin antigrippal n’est pas payant pour les personnes âgées de plus de 65 ans et pour celles présentant certaines maladies, les autres doivent consulter leur médecin traitant pour envisager la vaccination. Dans ce dernier cas, l’Assurance maladie prend en charge la vaccination à hauteur de 65 %.

L’injection est payante, mais les personnes en affection longue durée sont prises en charge à 100 %. Elle est généralement remboursée à 70 % ou à 60 %, le reste étant versé par l’assurance complémentaire santé. Pour que votre prise en charge soit optimale, excepté pour la grippe, il vous faut simplement suivre le parcours de soins classique, à savoir une visite chez votre médecin traitant et l’achat de médicaments sur ordonnance.

À lire aussi : Le froid arrive : comment échapper aux premières maladies ?