Un couple californien a été arrêté à Fairfield (Californie), en mars dernier, pour des faits de négligence et d'abus sur enfants. D'abord relâchée sous caution, la mère a été incarcérée. Dix enfants avaient été retrouvés dans des conditions terribles.

Une maison de l'horreur où dix enfants vivaient dans des conditions déplorables

Aux États-Unis, une nouvelle maison de l'horreur a été découverte, à Fairfield, en Californie. Dix enfants âgés de 4 mois à 12 ans y vivaient dans des conditions d'hygiène déplorables, selon l'agence américaine Associated Press. En janvier 2018 déjà, 13 frères et sœurs de Perris, au sud-est de Los Angeles, avaient été retrouvés eux aussi. Pour la plupart, ils avaient été enchaînés à leur lit plusieurs semaines, battus, privés de nourriture, de soins...

Le 31 mars 2018, le père, Jonathan Allen, 29 ans, et la mère, Ina Rogers, 31 ans, déclarent la disparition de leur fils de 12 ans. Retrouvé par la police, il est ramené au domicile familial. Et là, les policiers n'en croient pas leurs yeux : meubles, poubelles et jouets sont éparpillés dans la maison. Une salle de bain est même couverte de fientes d'animaux. Et les dix enfants dorment dans une seule pièce. 

Des tortures à des fins sadiques

La mère, aussitôt arrêtée pour présomption de négligence envers ses enfants, puis relâchée sous caution début avril, a été incarcérée ce mercredi 16 mai. La police révèle dans un communiqué publié lundi 15 mai « une histoire longue et continue d'abus physiques et émotionnels sévères sur les enfants ». Les huit enfants les plus âgés ont décrit des abus intentionnels : piqûres, brûlures et blessures pouvant être infligées avec une arme à air comprimé. 

« La torture qui s'est produite dans cette maison avait des fins sadiques », a déclaré la procureur adjointe du comté, Sharon Henry, dans une conférence de presse. Le père, Jonathan Allen, a été arrêté vendredi 11 mai pour torture criminelle et abus sexuels sur des enfants. Sa caution a été fixée à 5,2 millions de dollars (4,2 millions d'euros). La mère, Ina Rogers, fait face aux mêmes charges et a affirmé : « Je suis une mère formidable. » Les enfants ont été confiés aux services de protection de l'enfance du comté de Solano et vivent désormais avec d'autres membres de la famille.