Des malades de la thyroïde se disant victimes de la nouvelle formule du Levothyrox viennent de toute la France manifester ce mercredi 2 mai devant l'Assemblée nationale à Paris. 

Des poursuites au pénal et au civil un an après la nouvelle formule du Levothyrox

Un an après l'arrivée de la nouvelle formule du Levothyrox, les effets secondaires sont toujours là. L'Association française pour les malades de la thyroïde organise une manifestation, ce mercredi 2 mai, devant l'Assemblée nationale. Par ce rassemblement à Paris, les malades souhaitent dénoncer « une crise sanitaire loin d'être terminée ».

Pour rappel, la nouvelle formule du Levothyrox du laboratoire Merck a été mise sur le marché fin mars 2017. Des effets indésirables ont été dénoncés dès le mois de juin par de nombreux patients qui se sont organisés sur les réseaux sociaux pour tenter d'alerter les médias et les autorités. Un an après l'apparition de ces nouvelles boîtes de médicaments, certains engagent des poursuites au pénal comme au civil.

Parmi les effets secondaires, des syndromes dépressifs graves

Parmi les 3 millions de malades en France, les chiffres de l'abandon de la nouvelle formule font froid dans le dos. Un million pour l'association Vivre sans thyroïde, 500.000 pour l'ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments). Au final, beaucoup souffrent de cette nouvelle formule.

Ainsi, les symptômes sont apparus chez des milliers de patients quelques semaines seulement après avoir commencé les nouvelles boîtes de Levothyrox. Pour 85 à 90%, ce sont des femmes. Elles décrivent des maux de ventre, des nausées, des crampes. Certaines évoquent une dégradation flagrante de leur état, avec perte des cheveux, troubles digestifs, perte de poids, douleurs lancinantes, parfois même des syndromes dépressifs graves avec des tentatives de suicide. 

À lire aussi : Bientôt un nouveau médicament pour remplacer le Levothyrox