Des traces d’un impressionnant glissement de terrain ont été identifiées dans la Grande barrière de corail. Celles-ci ont sans doute été provoquées par un tsunami monumental il y a 300 000 ans, comme l’ont annoncé les scientifiques australiens le 8 février dernier.

Une découverte inattendue au large de l’Australie

Selon les chercheurs, l’effondrement de ce talus continental a probablement été provoqué par un séisme survenu il y a plus de 300 000 ans. Les chercheurs ont fait cette découverte alors qu’ils réalisaient une cartographie en trois dimensions des fonds marins dans la Grande barrière de corail. Huit tertres sous-marins « au milieu de nulle part » avaient déjà été identifiés par les scientifiques, comme l’a confirmé Robin Beaman de la James Cook University.

En reconstituant leur cartographie, ils ont observé une vaste cavité dans le talus. « Il y a cette gigantesque portion du talus continental qui manque, sur une longueur de 20 km et une profondeur de 8 km », a rapporté Robin Beaman.

Le glissement de terrain a emporté plus de 32 km² de matière

Découvert à 75 km d’Innisfail appartenant à l’Etat du Queensland, le glissement de terrain aurait englouti près de 32 km2 de matière, ce qui représente « environ 30 fois le volume d'Uluru », a ajouté l’un des auteurs de l’étude publiée dans le journal Marine Geology, pour faire référence au rocher australien de plus de 348 mètres de haut également appelé Ayers Rock.

Les chercheurs ont pu déterminer la date du glissement de terrain en examinant les fossiles de coraux d’eau profonde qu’ils ont récupéré à plus d’un kilomètre de profondeur. Le plus ancien daterait de 302 000 ans. Ce glissement de terrain gigantesque aurait entraîné des vagues de tsunami de 27 mètres de haut dont l’effet aurait été estompé par les nombreux récifs coralliens existants.

À lire aussi : La Lune pourrait être à l'origine des grands tremblements de terre