Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) vient de rendre un nouvel avis sur la place que la société française réserve aux personnes âgées, et son constat n’est guère réjouissant.

Les personnes âgées sont plus isolées que l’on croit

Non-accès aux soins palliatifs pour tous, isolement de certaines personnes à la fin de leur vie, mauvaises conditions de vie, défaut d’accompagnement des personnes malades et handicapées, impossibilité de finir sa vie à domicile… Non seulement les personnes âgées souffrent de maladies et de handicaps (certes inévitables à leur âge), mais la société leur impose aussi une place qu’ils ne méritent pas, selon les auteurs d’un avis publié sur le site du Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

Les auteurs de l’avis citent par exemple les chiffres mis au jour par la Fondation de France, selon lesquels 50% des personnes âgées de plus de 75 ans n’ont plus véritablement de réseau amical actif, 79% n’ont pas ou peu de contacts avec leurs frères et sœurs, 41% n’ont pas ou peu de contacts avec leurs enfants et 52% n’ont pas de relations avec leurs voisins. 64% d'entre eux n’ont même pas d’activité dans un club ou une association.

« L’enfermement » des personnes âgées dans les EHPAD, une pratique à repenser

Les auteurs citent aussi le psychiatre Pierre Vandel, qu’ils ont auditionné pendant la préparation de l’avis. Selon lui, 40% des résidents des EHPAD présentent un syndrome dépressif et 11% ont des idées de suicide. Cela, alors même que la dépression est banalisée. Selon lui, les professionnels de santé et de l’accompagnement manquent de formation à ce sujet. En conséquence, la dépression est sous diagnostiquée et sous traitée.

Le CCNE regrette également « l’institutionnalisation » des personnes âgées, en d’autres mots leur confinement aux EHPAD, ce qui constitue « une forme d’enfermement, dans un lieu où ne séjournent que des personnes dans la même situation de vieillesse et de dépendance », martèlent les auteurs de l’avis. Selon eux, la société française dans son ensemble se doit de repenser entièrement la place des personnes âgées.

À lire aussi : Sur-médication : les seniors avalent en moyenne 14 médicaments par jour