C’est l'un des effets du réchauffement climatique : le jour du départ et de l’arrivée des oiseaux lors de leurs migrations annuelles s’avance progressivement.

Une question de survie

Les oiseaux migrateurs arrivent plus tôt sur les lieux de leur séjour hivernal : c’est la conclusion qu’ont tiré des chercheurs de l’Université d’Édimbourg, après une étude de centaines d’espèces à travers cinq continents. Avec chaque degré de température supplémentaire, l’arrivée des oiseaux sur leur nouveau lieu de séjour s’en est trouvée avancée d’un jour.

Cette information peut paraître sans intérêt, mais pour les oiseaux, bien choisir le timing de leur migration est primordial. En arrivant au bon moment, ils sont sûrs d’avoir de la nourriture sur place, tant pour eux-mêmes que pour leur progéniture, qu’ils mettront au monde.

300 ans d'observations

Cette évolution pourrait également avoir une autre conséquence négative. Comme les oiseaux qui se déplacent sur de plus longues distances sont moins réceptifs aux changements de températures, ils pourraient se trouver dans une position désavantageuse, car d’autres arriveraient avant eux.

Pour parvenir à ses résultats, les chercheurs ont comparé les données actuelles à celles conservées dans les archives, dont les plus anciennes remontaient à il y a 300 ans. Les observations du célèbre naturaliste américain, Henry David Thoreau, ont également été utilisées.

À lire aussi : En moins de 50 ans, la Terre a perdu plus de la moitié de sa population animale