Le WWF appelle à une prise de conscience sur la surexploitation des fonds marins. Lors de la Journée mondiale des océans, l’ONG a rappelé que la pêche illégale et la surpêche exposaient nos ressources halieutiques à une trop forte pression.


90% des espèces de poissons sont surexploitées


A l’occasion de la Journée mondiale des Océans, mercredi 9 juin, l’ONG WWF appelle les responsables internationaux à prendre des mesures pour atténuer l’exploitation humaine des océans. L’organisation s’inquiète de l’épuisement de ces ressources alors même que, selon elle, une pêche plus durable permettrait d’atténuer rapidement la pression de l’homme sur les océans.


« Dans le monde, 90% des stocks de poissons sont surexploités ou exploités à leur maximum », rappelle ainsi l’association qui note que « les captures accidentelles représentent 40% des volumes de pêche globaux », tandis que « 12 à 28 % des prises mondiales proviennent de la pêche illégale ».


WWF appelle les institutions à prendre des décisions durables


« L’océan est une ressource renouvelable capable de répondre aux besoins de toutes les générations futures si les pressions auxquelles il est exposé sont efficacement atténuées », explique Isabelle Autissier, présidente du WWF France dans le communiqué diffusé par l’ONG. « Les institutions, l’industrie et les consommateurs ont une grande responsabilité sur la durabilité des ressources et les conditions de vie des communautés des pays qui dépendent le plus de la pêche ». 


Pour mener une politique plus durable, le WWF appelle les organisations internationales à prendre des décisions en faveur de la préservation des ressources. L’association demande également à l’Union européenne de « renforcer la mise en œuvre de sa législation en matière  de pêche illégale, non déclarée et non réglementée » et aux entreprises de « transformer leurs politiques d’approvisionnement en produits de la mer en respectant des chartes proscrivant tout achat provenant de la pêche illégale et en  favorisant les pêcheries certifiées ».