Réunis à Luxembourg, les ministres européens de l’Énergie ont conclu un accord pour une réduction d’énergie de 30 % d’ici 2030. Un seuil moins ambitieux que les objectifs fixés par la Commission et le Parlement européens.

30 % d’économie d’énergie d’ici 2030

Réunis à Luxembourg ce lundi 26 juin 2017, les ministres de l'Énergie des États membres de l’Union européenne (UE) se sont accordés pour une diminution de 30 % d’ici 2030 de la consommation d’énergie. Jusqu’en 2025, les États devront réaliser une économie d’énergie de 1,5 % par an et de 1 % par an à partir de 2026.

Selon le commissaire européen au Climat et à l’Énergie, Miguel Arias, une telle politique de réduction d’énergie permettrait 70 milliards d’euros d’économie pour l’UE, la création de 400 000 emplois et une réduction de 12 % des importations de gaz.

Un accord au rabais  

Si Miguel Arias a qualifié cet accord de « considérable pas en avant », sur certains aspects, cet accord est perçu comme manquant d’ambition. Ainsi, alors que la Commission européenne avait misé sur trois millions de sites de recharge pour voitures électriques, les ministres européens auraient retenu le chiffre de 115 000, bien en-deçà des objectifs fixés. « Ce n’est pas le bon signal » déplore Miguel Arias.

L’accord des ministres européens de l’Énergie a également retenu des critères et des objectifs moins ambitieux que ceux mis en avant par le Parlement européen, qui tablait sur une réduction d’énergie de 35 à 40 %. 

À lire aussi : Comment détecter les déperditions d’énergie ?