Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a assuré que de nouvelles baisses d'impôts étaient à l'étude. En revanche, l'idée d'une TVA à 0% sur les produits de première nécessité est rejetée.

Une fiscalité allégée pour les particuliers et entreprises

"La baisse des impôts, c'est plus qu'une promesse, c'est une réalité" a affirmé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD). Il a assuré que la fiscalité allait encore être allégée pour les particuliers et entreprises d'ici la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Et Gérald Darmanin de préciser que « baisser l'impôt sur le revenu pour la classe moyenne » est une « bonne piste ». « D'autant qu'avec le prélèvement à la source ça se verra très vite sur la feuille de paie », ajoute-t-il. 

La TVA à 0% sur les produits de première nécessité ne devrait pas voir le jour

En outre, selon un sondage pour l'Ifop relayé par le JDD, 90% des Français interrogés sont favorables à la suppression de la TVA sur 50 produits de première nécessité. Le ministre en charge du budget, Gérald Darmanin, lui, est défavorable à cette TVA à 0% sur les produits de première nécessité. Il considère en effet que cela n'est pas facile à mettre en oeuvre. Il estime qu'une baisse de la TVA ne se répercute pas forcément au profit du consommateur.

Au final, selon Gérald Darmanin, il ne faut pas toucher à la déduction fiscale pour les emplois à domicile, « une politique utile à tous, aux familles, aux employés, à l'économie, car c'est un secteur pourvoyeur d'emplois ». Gérald Darmanin a également évoqué les niches fiscales qui ne sont « pas toutes utiles ni justes ». Le ministre en a prodité pour rappeler que les niches fiscales et autres crédits d'impôt représentaient 100 milliards d'euros par an.

À lire aussi : Réforme des niches fiscales : les services à la personne ne seront pas concernés