Selon un sondage IFOP, 68 % des Français déclarent avoir besoin de soins dentaires. Pourtant, 38% d'entre eux n’envisagent pas de consulter un dentiste. En cause, principalement, le niveau de remboursement.

68 % des Français reconnaissent avoir besoin d’une visite chez le dentiste

Dans un sondage IFOP pour le think-tank Agir pour la santé dentaire, qui regroupe divers professionnels dentaires et des associations de patients, 68 % des Français reconnaissent qu’ils ont besoin d’une visite chez le dentiste et 19 % d'entre eux, de soins importants.

Pire, parmi les personnes interrogées, une sur trois ne sait pas encore quand elle réalisera ces soins tandis que 7 % n’envisagent pas du tout de les faire. La raison première avancée est un coût jugé excessif. En outre, seuls 26 % des Français se disent satisfaits du niveau de remboursement des actes dentaires par la Sécurité sociale. L'insatisfaction est renforcée chez les jeunes de moins de 35 ans et les foyers modestes (revenu inférieur à 2.000 €).

Le reste à charge zéro est attendu et craint à la fois

Ainsi « plus d'un Français sur deux serait incité à consulter son dentiste traitant, dans une mesure de prévention, si le système de santé octroyait un meilleur remboursement des frais ». Le reste à chargé zéro est donc attendu par certains avec hâte mais d'autres s'en inquiètent, de peur de voir la qualité des soins diminuer. Enfin, 94 % veulent pouvoir connaître leur dentiste et le choisir en tout état de cause. Les interviewés sont donc opposés à la loi Le Roux (70 %) qui prévoit de pénaliser les adhérents d'une mutuelle dans le cas d'un refus de consulter un praticien partenaire de leur réseau.

Pour rappel, en mars 2017, un autre sondage montrait que les Français n’ont pas toujours les bons réflexes d’hygiène bucco-dentaire au quotidien. Près d’un quart d’entre eux (23 %) avouent se brosser les dents moins de 2 fois par jour. Selon cette étude des laboratoires Pierre Fabre Oral Care, en partenariat avec l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), 46 % des personnes interrogées ne font pas le lien entre bonne santé bucco-dentaire et santé globale.

À lire aussi : Révision des tarifs dentaires : voici ce qui vous attend en 2018