Le passage de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires, prévu au 1er juillet, est toujours aussi impopulaire auprès des Français, selon un sondage BVA, paru ce mercredi 9 mai 2018.

74 % Français sondés défavorables à la limitation de la vitesse à 80 km/h

Annoncée en janvier 2018 par le gouvernement, la mesure pour réduire la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens devrait entrer en vigueur le 1er juillet prochain. Selon la Sécurité Routière, une baisse de la vitesse maximale autorisée de 10 km/h pourrait sauver entre « 300 et 400 vies par an ». Malgré tout, cette nouvelle limitation de vitesse est mal acceptée par les Français, selon une étude d'opinion réalisée au mois d'avril par l'institut BVA pour la presse régionale.

Ainsi, les trois quarts des personnes sondées (74 %) se disent défavorables à l’abaissement de la vitesse à 80 km/h, 47 % d’entre elles s’y déclarent même « tout à fait opposées ». Les résidents des communes rurales et des villes de moins de 20.000 habitants se montrent encore plus réfractaires. Et cette opposition à l'abaissement de la vitesse est encore plus forte parmi les conducteurs de deux-roues : 63 % y sont tout à fait opposés.

Même opposés, 64 % des Français respecteront la nouvelle limitation

Pour rappel, la vitesse reste la première cause des accidents mortels en France (31 %), suivie de l'alcool, puis des stupéfiants (19 % et 9 %). Le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents est celui des routes à double sens sans séparateur central (55 % de la mortalité routière). Alors, les Français déclarent que, personnellement, ils respecteront la nouvelle limitation (64 %).

Et ils sont aussi favorables à d'autres mesures mises en place. Ainsi, 87 % des personnes interrogées se disent favorables à la généralisation de la vente d’éthylotests dans les débits de boissons alcoolisées et au placement en fourrière pendant sept jours des véhicules d’auteurs d’infractions graves (82 %). D'autre part, plus de six Français sur dix approuvent également la suspension du permis de conduire pour les conducteurs commettant une infraction avec un téléphone en main (62 %).

À lire aussi : Téléphone au volant : même à l’arrêt c’est interdit !