Les Européens meurent moins du cancer, et leur espérance de vie progresse. Ils sont cependant menacés par leurs modes de vie et l’obésité qui frappe, comme une épidémie, la plupart des pays développés.

Le nombre de cas de cancers explose en Europe et dans le monde

Les Européens sont-ils vraiment en bonne santé ? L’Organisation répond à cette question dans son dernier « Rapport sur la santé en Europe », publié mercredi 13 septembre. Et cette réponse est à double tranchant puisque si l’espérance de vie augmente et la prévalence du cancer diminue, des menaces comme l’obésité pourraient inverser la tendance.

Selon ces chiffres actualisés, les Européens vivent aujourd’hui, en moyenne, 77,8 ans. Les femmes ont toujours une espérance de vie plus élevée (81,1 ans) que les hommes (76,7 ans). Ces chiffres augmentent régulièrement, alors même que le nombre de cas de cancers continue à progresser. Dans l’Union européenne, le nombre de cancers du sein a augmenté de 30% depuis 2000.

L’obésité morbide pourrait inverser la courbe de l’espérance de vie des Européens

Aujourd’hui, 110 cas par an de cancer du sein, pour 100.000 femmes, sont diagnostiqués. Constat encore plus remarquable pour le cancer des poumons, qui, pour ce qui concerne la France, a augmenté de près de 50 % entre 2000 et 2015, ce qui représente 70 cas pour 100.000 habitants en 2015. Malgré tout, les progrès médicaux sont tels que la mortalité liée au cancer est en baisse. En moyenne, on meurt 13 % moins aujourd’hui qu’en l’an 2000 en Europe et, pour ce qui concerne la France, on comptait 34,6 décès liés au cancer pour 100.000 habitants.

Ces performances sont cependant à relativiser, comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé. Les modes de vie des pays industrialisés et des pays qui traversent un fort développement économique sont tels qu’ils pourraient bien renverser ces tendances. L’obésité est particulièrement dans le viseur des autorités sanitaires puisque ce fléau, dont plusieurs études ont prouvé qu’il était un facteur prédictif pour une douzaine de cancers, toucherait actuellement un Européen sur six, tandis qu’un sur deux serait en surpoids.

À lire aussi 40 % des cancers pourraient être évités si nous changions nos modes de vie