Les cerises commencent à apparaître dans nos paniers. Celles que nous mangerons n'auront pas été traitées avec un insecticide permettant de lutter contre le moucheron asiatique. Gare au vers quand vous croquerez dedans !

Interdiction d'utiliser cet insecticide cancérogène

La cerise, ce délicieux petit fruit rouge, ne sera pas présent en grand nombre sur les étals cette année. En effet, un arrêté paru le jeudi 27 avril 2017 a annoncé la « suspension d'introduction, d'importation et de mise sur le marché en France de cerises fraîches en provenance d'États membres ou de pays tiers où l'utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant la substance active diméthoate est autorisée en traitement des cerisiers ».

Comme l’année dernière, l’importation de cerises traitées au diméthoate est suspendue. Et pour cause, cet insecticide est toxique pour les mammifères, y compris l’homme, et aurait notamment des effets cancérogènes. C’est pourquoi, en février 2016, l'Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (Anses) a décidé de retirer l'autorisation de mise sur le marché du diméthoate.

Un insecticide pour lutter contre le moucheron asiatique

Permettant de lutter contre le moucheron asiatique "drosophila suzukii", le diméthoate est le seul insecticide efficace. Les producteurs vont donc devoir s’en passer s’ils veulent que leurs fruits soient présents sur les marchés français. L'année dernière, une vingtaine de producteurs de cerises du Luberon avait abbatu des arbres en signe de protestation.

Cette mesure n’aura pas empêché François Hollande, notre actuel président, de goûter, le même jour que la parution de l’arrêté, les premières cerises de Céret de l’année. Elles sont traditionnellement offertes au chef de l’État depuis 1932.

À lire aussi : Pesticides : 80 % des fruits en contiennent