Il n’y aura pas de sanctuaire baleinier dans l’Atlantique sud. Malgré le vote de nombreux États, la Commission baleinière internationale a décidé, pour la troisième fois, de rejeter cette proposition.

Un sanctuaire pour assurer la survie des baleines

La proposition de création d’un troisième sanctuaire baleinier dans les océans de la planète n’a pas réuni assez de voix pour être adoptée. Débattu lors d’une réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), qui s’est réunie la semaine dernière à Portoroz, en Slovénie, le projet n’aura réuni que 38 voix favorables sur 64, soit moins des 75 % qui sont de rigueur pour qu’il puisse être adopté.

Les partisans de ce sanctuaire dans l’Atlantique Sud ont pourtant plaidé leur cause, affirmant que la création d’une telle zone était vitale pour que les baleines, chassées dans la plupart des eaux de la planète, puisse suffisamment se reproduire pour éviter l’extinction, qu’elles ont frôlée au 20ème siècle.

Troisième refus de la commission pour ce sanctuaire baleinier

Le projet, porté notamment par l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay, l’Afrique du Sud et le Gabon, envisageait la création d’une zone de 20 millions de kilomètres carrés dans un secteur de l’Atlantique où, dans les années 90, 71 % de la totalité des baleines tuées ont été capturées. La Norvège, l’Islande et le Japon, trois pays qui pratiquent la pêche à la baleine, se sont notamment opposés au projet.

Il existe actuellement deux sanctuaires baleiniers dans le monde. Le premier est situé dans l’Océan Indien, le second en Antarctique. Les associations de défense de la faune marine, qui se sont battues pour la reconnaissance de ce sanctuaire en soumettant ce projet à la commission en 2012, puis en 2014, comptent persévérer, pour faire reconnaître l’importance d’une telle mesure.

Vous aimerez aussi : Un homme fait du paddle avec deux baleines