Le prix des carburants n’a cessé d’augmenter depuis un an et il est désormais au plus haut. Si les raisons internationales et les taxes qui ne font que monter peuvent en partie l'expliquer, pour l'association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), une partie de la faute revient aux différents distributeurs en France.

Carburants : les prix sont en hausse, à cause de qui ?

Les prix des carburants sont en hausse et la semaine dernière, les prix étaient les plus hauts depuis un an. Le litre de sans-plomb 98 est aujourd’hui à 1,575 euro en moyenne en France, et pour le gazole, la situation est semblable, avec un prix moyen de 1,431 euro. Il y a un an le 28 avril 2017, le litre de SP coûtait en moyenne 1,398 euro et le gazole 1,287 euro.

Pour CLCV, « on doit [cette hausse] en partie à la hausse du prix du baril de pétrole brut ». Mais pas seulement. L'association accuse aussi l’État de profiter des taxes et de trop les augmenter. Par exemple, avec une marge de 84,1 centimes d’euro, le gazole est monté de neuf centimes d’euro depuis début 2018. « [Les taxes] ont explosé, (…) comme la contribution climat énergie. Elles pèsent notamment sur le diesel, du fait de la volonté des pouvoirs publics d’effectuer un rattrapage avec la fiscalité de l’essence », explique François Carlier, délégué général de CLCV.

Pourquoi une telle différence ?

Et l’État n’est pas le seul fautif : CLCV accuse surtout les distributeurs d’avoir la main lourde sur les bénéfices qu’ils se font. Dans les années 1970, la France comptait plus de 70.000 stations-services. Aujourd’hui, il y en a moins de 11.000. Le manque de concurrence a permis la hausse des prix et une plus grande liberté d’action sur la commission que les différents distributeurs se font. « Notre association dénonce depuis plusieurs années l’augmentation structurelle de ces marges. La France a longtemps bénéficié d’une forte concurrence dans ce secteur, notamment grâce à la présence grandissante des grandes surfaces », accuse François Carlier. En 2017, la marge de distribution était de 11 centimes d’euro et aujourd’hui, elle est autour de 14 centimes d’euro.

Le communiqué de la CLCV accuse l’État et les distributeurs en France d’augmenter trop leur tarif et leur demande de se refréner. L’augmentation des prix du carburant conduit à des dépenses supplémentaires comprises entre 100 et 225 euros par an pour les ménages possédant un véhicule.