12 nouveaux nuages viennent de faire leur entrée dans l’Atlas mondial des nuages, un ouvrage de référence pour les passionnés comme pour les professionnels.

Une centaine de nuages répertoriés dans l’Atlas des météorologues

Les nuages ont leur propre atlas, dans lequel ils sont tous référencés en fonction de leur forme, de leur taille, de l’endroit où ils se forment et de leur action. Cet inventaire est tenu par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) qui, le 23 mars dernier, journée mondiale de la météorologie, a dévoilé 12 nouveaux nuages, qui viennent de faire leur apparition dans cet ouvrage.

Cette mise à jour était plus que nécessaire, car la liste des nuages, créée en 1803 par un météorologue amateur, n’avait pas été revue depuis 1987, date de sa dernière modification. Cet Atlas se compose selon les 10 grands genres de nuages. Ces derniers sont ensuite subdivisés en espèces (qui qualifient leur forme et leur structure), puis encore en variétés (niveau de transparence, agencement de leurs éléments). Finalement, pas moins d’une centaine de nuages sont répertoriés.

Un Atlas qui sert de référence pour les professionnels de l’aviation

Cette édition 2017 intègre donc désormais 12 nouvelles variétés, parmi lesquelles le volutus, un nuage qui se forme en rouleau et qui ressemble à un grand tube, l’asperitas, un nuage qui fait l’effet d’une mer agitée, le cavum, reconnaissable grâce à un immense trou dans une étendue nuageuse ou encore le fluctus, qui se caractérise par des vagues parfaitement dessinées, ou le catarctagenitus, qui s’observe souvent au-dessus des chutes d’eau.

Cet atlas n’a bien entendu pas un simple rôle informatif et s’il est une référence pour les météorologues, il est également un outil très utile pour les professionnels du secteur de l’aviation.

Vous aimerez aussi : Les nuages les plus spectaculaires