L'initiative « Mois sans tabac », qui vise à inciter les fumeurs à se sevrer, débute ce mercredi 1er novembre. Cette année, de nombreuses manifestations sont organisées en régions.

Arrêter de fumer en équipe

Malgré le prix toujours plus élevé des paquets de cigarettes, certains fumeurs ne sont pas décidés à arrêter. La deuxième édition de cette opération « Mois sans tabac », lancée ce mercredi 1er novembre, a pour but de les inciter de manière positive. Son slogan est clair : « Un mois sans tabac multiplie par cinq les chances d’arrêter de fumer définitivement. » Sur le site tabac-info-service.fr, le fumeur peut trouver des réponses et des renseignements (le coût de la consommation, les lieux pour se faire accompagner...).

Le fumeur se sent ainsi soutenu. Le principe est d'inviter les participants à arrêter de fumer en équipe. Ainsi, lors de son inscription sur le site tabac-info-service.fr, le participant choisit de rejoindre l’une des équipes thématiques (fêtard, pantouflard, patché, coaché, vapoteur…) ou régionales constituées par Santé publique France. Cette initiative permet avant tout de dédramatiser les craintes liées à l'arrêt du tabac et de relativiser sa difficulté.

Des appréhensions légitimes mais disproportionnées

Pour l'Inpes (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé), « il apparaît que la plupart des appréhensions liées à l’arrêt du tabac, si elles sont légitimes, sont souvent exagérées et amplifiées par une méconnaissance de la réalité du sevrage. Or aborder l’arrêt plus sereinement permet de le vivre moins difficilement ». 

L'une des craintes les plus souvent évoquées concerne ainsi la peur de prendre des kilos pendant le sevrage, puisque la nicotine agit en diminuant l’appétit, en augmentant les dépenses énergétiques et en ralentissant le stockage des graisses. La première édition du « Mois sans tabac » a connu un large succès : 180 000 personnes s'étaient inscrites et plus de 630 000 kits d’aide à l’arrêt ont été distribués.  

À lire aussi : Arrêter de fumer réduit les risques de cancers du côlon et du pancréas