C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron : le minimum vieillesse va être revalorisé. Une bonne nouvelle pour les retraités modestes.

Une augmentation de 100 € durant le quinquennat

La ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, vient d’annoncer sur Europe 1 que le minimum vieillesse serait revalorisé de 30 €, « dès avril 2018 ». Elle réalise ainsi une promesse de campagne d’Emmanuel Macron qui s'était engagé à augmenter de 100 € par mois l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), sur la durée de son quinquennat. Cette revalorisation se fera progressivement.

Les retraités modestes verront leur allocation augmenter de 30 € « dès avril 2018 », puis de 35 € en 2019 et de 35 € supplémentaires en 2020. « Il est important de revaloriser le minimum vieillesse », a expliqué Agnès Buzyn. « Nous avons maintenant des retraités qui vivent avec de toutes petites retraites et qui sont en très grande difficulté ». En 2016, plus de 433 000 personnes bénéficiaient de cette allocation.

Une revalorisation de plus de 150 € pour les couples

Qu’est-ce que cela changera concrètement ? Un couple qui perçoit actuellement 1 240 € verra son minimum vieillesse augmenter de « plus de 155 € » d'ici « la fin du quinquennat », a expliqué la ministre. Pour rappel, la dernière revalorisation de l'Allocation de solidarité aux personnes âgées remonte à octobre 2014. Elle était alors passée de 792 à 800 € pour une personne seule et de 1 229 à 1 242 € pour un couple.

Dans les colonnes du Monde, Isabelle Sénécal, porte-parole de l’association Les Petits Frères des pauvres, a estimé que cette revalorisation de 100 € en trois ans n’était pas « un signe fort envoyé aux personnes âgées et plus fragiles qui ont besoin de la solidarité nationale ». « On s’attendait à avoir 100 € d’un coup pour, peut-être, atteindre un jour un minimum vieillesse à hauteur du seuil de pauvreté », a-t-elle estimé. Ce seuil est actuellement fixé à 1 000 €.

À lire aussi : Régime de retraites : vers une aggravation de la situation financière