L'automédication est un mode de consommation de plus en plus privilégié par les Français. En 2016, ce secteur a enregistré plus de 2 milliards d’euros de bénéfices alors que les ventes de médicaments sans ordonnance ont bondi de 3,3 %. Lorsque le problème est bénin, la majorité des Français se soignent de manière autonome sans l’aide d’un médecin.

15 % des ventes de médicaments sont faites sans prescription

Même si l’automédication est en hausse en France, elle reste tout de même inférieure à celle observée chez les pays voisins. Alors que les ventes de médicaments faites sans prescription représentent 15 % en France, elles montent à 41 % en Suède et 44 % en Allemagne. Cette hausse peut en partie s’expliquer par le déremboursement plusieurs médicaments.

L’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa) estime que les Français sont prêts à utiliser davantage ce mode de consommation. Elle milite donc en faveur de la délivrance des médicaments en libre-service dans les pharmacies.

Plusieurs laboratoires se lancent dans la délivrance de médicaments non remboursables

Les laboratoires comptent bien se saisir du marché pour séduire davantage les adeptes de l’automédication. Certains comme Bayer, GSK ou Sanofi ont décidé de se lancer dans les médicaments non remboursables. GSK s’est ainsi désorienté de la lutte contre le cancer en cédant sa filiale à un autre laboratoire alors que Sanofi a cédé sa filiale consacrée à la santé animale.

« Les fabricants de médicaments génériques sont également sur le qui-vive », souligne ainsi une enquête réalisée par le journal Le Monde. En effet, on assiste aujourd’hui à une montée en puissance des campagnes de communication des spécialistes des molécules génériques qui souhaitent se faire connaître davantage. Ces médicaments délivrés sans ordonnance peuvent faire l’objet de publicité contrairement aux médicaments remboursés par la Sécurité sociale. Aujourd’hui, plus de 30 laboratoires français sont spécialisés dans l’automédication.

Pour aller plus loin Maladies hivernales : comment se faire mieux rembourser ?