La réforme des retraites est lancée, et si tous les aspects de notre prochain système seront soumis à révision, d’autres resteront inchangés, et notamment l’âge minimum de départ à la retraite.

Le grand chantier de la réforme des retraites est lancé

Pour mener à bien la réforme des retraites, le gouvernement en appelle à la sagesse populaire. Et pour ce faire, il a chargé le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye d’organiser une grande concertation citoyenne. Débutée il y a quelques jours, elle se terminera en octobre et permettra la rédaction d’une synthèse qui sera ensuite soumise à un jury populaire.

Divers ateliers et débats, qui animeront ces quelques mois de réflexion, devraient sortir des idées pour refonder le système des retraites. Et à ce jeu, tout semble permis, si l’on en croit les propos du Haut-commissaire.

L’âge de départ à la retraite restera à 62 ans

Pourtant, certaines choses demeureront et ne seront pas soumises aux aménagements qui pourront être imaginés. Et dans une interview accordée au Parisien, jeudi 31 mai 2018, Jean-Paul Delevoye a affirmé que l’âge légal de départ à la retraite restera fixé à 62 ans.

Pour justifier cette décision, le Haut-commissaire explique que permettre à chacun de partir à la retraite à l’âge qu’il désire, pourrait inciter certaines personnes à mettre un terme à leur carrière plus tôt, ce qui multiplierait les petites retraites. « Nous pensons que si l’on supprime toute référence, nous pouvons nous retrouver avec un certain nombre de personnes qui, comme en Suède, partiront plus tôt mais se retrouveront avec de toutes petites retraites », a ainsi expliqué Jean-Paul Delevoye.

À lire aussi Retraités : quels changements en 2018 ?