Des inondations allant jusqu’à 2 mètres de hauteur


Le cyclone Roanu, qui s’est abattu sur les côtes du Bangladesh depuis samedi dernier, a fait au moins 24 morts, selon le dernier bilan des autorités. 500 000 personnes ont par ailleurs été placées à l’abri de cette tempête tropicale, qui s’est déchaînée autour des villes de Barisal au sud et de Chittagong, au sud-est, où le vent a soufflé jusqu’à 88 km/h.


La situation s’est toutefois améliorée dès le samedi soir et le gouvernement semblait assez confiant pour annoncer que les populations déplacées allaient rapidement pouvoir retourner chez elles. C’est cependant une région dévastée que ces habitants vont découvrir à leur retour. Plusieurs villages ont été inondés par une montée des eaux, qui a atteint jusqu’à 2 mètres de hauteur. Ces fortes pluies et ces inondations ont endommagé ou détruit plusieurs dizaines de milliers de maisons dans cette région traditionnellement pauvre.


Une région propice aux cyclones tropicaux


Avant d’entrer au Bangladesh, le cyclone Roanu est d’abord apparu au Sri Lanka, où il a été la cause de nombreuses précipitations, allant jusqu’à 400 mm par endroits. De gigantesques glissements de terrains ont fait au moins 71 morts, tandis que 127 personnes sont toujours portées disparues. Le cyclone s’est ensuite déplacé sur l’Est de l’Inde, où les vents ont soufflé jusqu’à 100 km/h.


Cette région du globe est habituée aux cyclones tropicaux ou autres tornades qui surviennent pratiquement tous les ans à la même époque, à quelques jours du début de la saison des moussons. Les habitants se souviennent encore du cyclone survenu en 1970 et qui avait fait 500 000 morts.

À lire aussi : Top 10 des cyclones les plus meurtriers de l'histoire