Le chômage a reculé de 0,2 point en 2016, pour atteindre finalement 10 % de la population active au quatrième trimestre 2016, comme l’a annoncé l’institut national de la statistique (Insee). Il s’agit donc d’une baisse légère, semblable à celle observée en 2015.

La baisse du chômage profite principalement aux jeunes

Cette baisse a surtout profité aux jeunes âgés de 15 à 24 ans. En effet, pour cette tranche d’âge, le taux de chômage a atteint 23,3 % en métropole, diminuant de 0,7 point sur un an. Elle a également bénéficié aux chômeurs de longue durée. Fin 2016, 1,22 million de personnes étaient en recherche d’emploi depuis au moins un an, soit une baisse de 0,1 point sur l’année.

Enfin, le nombre de personnes en sous-emploi, et notamment les travailleurs à temps partiel subi, a lui aussi diminué de 0,4 point sur l’année. Le taux de chômage reste stable en ce qui concerne les seniors. Cette baisse reste toutefois à relativiser, puisque 1,5 million de personnes souhaitant travailler ne sont pas comptabilisées comme chômeurs parce qu’elles ne sont pas en recherche active d’emploi ou non disponibles dans l’immédiat.

Une baisse moins importante que celle attendue

L’Insee avait prévu une baisse plus importante du chômage. Au mois de décembre 2016, dans sa dernière note de conjoncture, elle misait sur un recul de 0,3 point sur l’année. Cette moindre baisse peut s’expliquer par une croissance qui stagne à 1,1 % en 2016, alors que celle attendue par le gouvernement était d’en moyenne 1,5 %.

Malgré tout, des signes de reprises se sont manifestés sur le marché de l’emploi en 2016. Comme le montrent les chiffres révélés par l’Insee, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a diminué de 104 700 personnes pour ainsi s’établir à 3,47 millions.