Les estimations de Sigma sont tombées le 18 décembre dernier, à Zurich, et elles ne sont pas très rassurantes. L’année 2013 aura coûté 44 milliards de dollars aux assureurs dans le monde dus aux catastrophes naturelles et d’origine humaine.

Pour ce qui est des pertes de vies, 2013 sera également catastrophique. C’est le typhon Haiyan, aux Philippines, qui aura fait grimper ce chiffre avec 7000 vies de perdues. Les inondations ont une grande part de responsabilité : elles entrainent des dommages considérables sur tous les continents. En juin dernier, c’est une pluie dévastatrice qui causera la perte de près de 2 milliards de dollars à Alberta, au Canada. De plus, l’Europe reste bien placée en événements météorologiques violents avec des inondations mais aussi des tempêtes de grêles destructrices. Dernièrement, c’est la tempête Xaver qui coûtera 1 milliard de dollars.

Par ailleurs, un constat positif est tout de même à relever : les pertes globales économiques de ces événements catastrophiques atteignent 130 milliards de dollars contre 196 milliards en 2012. Kurt Kart, économiste en chef de Swiss Re, explique que malgré le coût des assurances, elles permettent des reconstructions plus rapides.