À partir du 2 août 2017, l’humanité aura consommé toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an et vivra à crédit. Une date qui survient de plus en plus tôt d’année en année. 

Une date qui survient de plus en plus tôt

À partir du 2 août 2017, nous aurons consommé toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an et vivrons donc « à crédit » jusqu’au 31 décembre 2017. Ce constat a été posé par l’ONG Global Footprint, qui note par ailleurs, que cette date survient de plus en plus tôt depuis les années 1970.

En 2016, l’humanité avait commencé à vivre à crédit le 8 août (soit près d’une semaine plus tard qu’en 2017). Alors qu’en 1970, le dépassement avait eu lieu le 23 décembre, cette date n’a cessé d’être avancée au fil des décennies : 3 novembre en 1980, 13 octobre en 1990, 4 octobre en 2000, 3 septembre en 2005, 28 août en 2010.

Comment est fait ce calcul

Pour arrêter une date, l’ONG Global Footprint prend en compte l’empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l’élevage, les cultures, la consommation et l’utilisation d’eau.

Ce sont les émissions de gaz à effet de serre qui sont en grande partie responsables du dépassement puisqu’elles comptent pour « 60 % de notre empreinte écologique globale » note Global Footprint, qui estime par ailleurs qu’en diminuant de moitié nos émissions de CO2, nous pourrions faire reculer de 89 jours la date du dépassement. 

À lire aussi Les feuilles mortes : une ressource naturelle