Le ministre de la Culture, Franck Riester a dévoilé une partie de son projet de loi à l’Association des Journalistes Médias. 

Toujours plus de publicités

Trop de publicités durant vos soirées cinéma ? Ce n’est pas prêt de s’arrêter. Franck Riester, ministre de la Culture a dévoilé les premières facettes de sa loi qui sera présentée en novembre en Conseil des ministres pour être adoptée avant l’été 2020. Une réforme qui pourrait faire des heureux mais pas que. 

La mesure qui impactera le plus de monde, c’est la suppression de l’intervalle obligatoire de vingt minutes entre deux coupures de publicités durant un film ou un téléfilm de plus d’une heure et demie. Une troisième coupure pub pourrait donc être autorisée dès 2020. Une mesure qui réjouit TF1 et M6 qui formulent cette demande depuis plusieurs années. 

Faire face à la concurrence des plateformes vidéos

Autre nouveauté, l’autorisation des publicités « segmentées et géolocalisées ». Les spots publicitaires pourraient varier d’une région à l’autre, à raison de deux minutes par heure en moyenne. Les chaînes auront également le droit de faire de la publicité pour les films de cinéma. Mais pas à n’importe quel prix. Les films d’auteur français devront être autant promus que les productions américaines. 

Pour faire face à la concurrence de Netflix, les soirées cinéma seront bientôt autorisées le mercredi, le vendredi et le samedi, soit 244 soirées cinéma par an. D’ailleurs, les plateformes de vidéo à la demande devront s’engager auprès du CSA à financer la production française de cinéma ou de série à hauteur de 16% minimum de leur chiffre d’affaire. Une obligation qui s’annonce compliquée à vérifier et à sanctionner.

À lire aussi : 10 activités à faire en couple