Selon une vaste enquête de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), la taxe foncière dont s'acquittent les propriétaires n’aurait fait qu’augmenter ces dernières années.

La taxe foncière a augmenté de 14 % en 5 ans

Les propriétaires dépensent toujours plus d’argent chaque année à cause de la taxe foncière. C’est ce que révèle l’UNPI, dans un rapport que nos confrères du Parisien ont pu consulter. Selon ces travaux, cette taxe aurait augmenté de 14 % entre 2011 et 2016. « La taxe foncière reste le seul indice en augmentation alors que tous les autres baissent (taux d'intérêt, inflation...) », a déploré Jean Perrin, président de l'UNPI, dans les colonnes du quotidien.

Si cette tendance ne devrait pas s’inverser dans les prochaines années, il est intéressant de constater qu’il existe d’importantes disparités selon les différentes villes de France. Les propriétaires qui ont vu leur taxe foncière augmenter le plus sont ceux qui ont acheté un bien immobilier à Lille. Dans cette ville du nord de la France, la taxe a augmenté de 32 %. Il s’agit de la plus forte hausse jamais observée en 5 ans.

C’est à Lille que la hausse a été la plus importante

Mais d’autres propriétaires ont vu leur taxe augmenter significativement. C’est le cas de ceux qui ont acheté un bien à Argenteuil, dans le Val-d'Oise ( 23,30 %), à Nantes, en Loire-Atlantique ( 20,75 %), à Créteil, dans le Val-de-Marne ( 20,43 %) et à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis ( 20,37 %). Dans certaines villes, les augmentations ont été moins fortes sur cette même période, c’est le cas à Asnières ( 7,5 %) ou à Paris ( 8,4 %). 

Mais entre 2016 et 2017, les hausses ont été clairement moins fortes : la taxe foncière n'a en effet augmenté que de 0,98 % dans les 50 plus grandes villes de France. Entre 2015 et 2016, cette hausse était de 3,78 %. Dans une vingtaine de villes, cette taxe n’a pas été augmentée ou a légèrement baissé. C’est le cas de Caen (Calvados). Cependant, la baisse des dotations de l'État aux collectivités locales pourrait de nouveau entraîner de fortes augmentations. 

À lire aussi : Taxe d’habitation : que payez-vous réellement ?