Si jusqu’à maintenant la SNCF ne rembourserait le billet que lorsque le retard du train relevait de sa propre responsabilité, dès jeudi, les règles devraient changer. En effet, le passager sera désormais remboursé dès lors qu’un train sera en retard de 30 minutes, et cela quel que soit le motif.

Un changement des règles de remboursement de la SNCF

Dès le 1er décembre, les règles de remboursement de la SNCF changent. Dorénavant, dès lors qu’un TGV ou un train Intercités sera en retard de plus de 30 minutes, la SNCF remboursera le passager. Auparavant, la compagnie n’effectuait le remboursement que si le retard lui était imputable. Ainsi, en cas de problèmes météorologiques ou d’actes de malveillance, le passager ne percevait rien.

Le voyageur aura la possibilité de faire une demande de remboursement en ligne grâce au lien « garantie ponctualité » figurant sur le site. Il obtiendra « un bon d'achat en 48 heures » et pourra l'utiliser « sur tous les canaux » et « en plusieurs fois s'il le souhaite », détaille à l'AFP Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF.

La SNCF se montre plus généreuse

L’entreprise aurait dû informer ses passagers depuis 2014. Cependant, aucune plainte n’a été émise par la Fédération nationale des associations d’usagers des transports, puisqu’il ressort que la SNCF propose des conditions plus avantageuses que celles prévues par le texte. En effet, le règlement européen prévoit des compensations à partir d’une heure de retard et le montant de dédommagement est limité à 50 % pour les retards de plus de trois heures.

La SNCF remboursera le billet à hauteur de 25 % pour un retard de 30 minutes, 50 % entre 2 heures et 3 heures et 75 % dès 3 heures de retard. La compagnie rappelle également que « 9 TGV sur 10 arrivent à l'heure chaque jour ».