La SNCF et ses partenaires industriels ont annoncé, ce mercredi 12 septembre, la naissance de deux consortiums sur le train autonome. Ces trains sans conducteur pourraient débarquer sur les rails dès 2023.

Des trains autonomes dès 2023 sur les rails

Après des grèves à répétition en 2018, la SNCF semble vouloir redorer son blason. Elle a annoncé ce mercredi 12 septembre 2018 qu’elle envisageait de faire circuler des prototypes de trains entièrement automatisés d’ici 2023, grâce à un partenariat l’associant notamment aux constructeurs ferroviaires Alstom et Bombardier.

« Avec le train autonome, tous les trains circuleront de manière harmonisée et à la même vitesse, et l’exploitation ferroviaire gagnera en fluidité. Et plus de fluidité, c’est une meilleure régularité et une plus grande ponctualité des trains », prévoit le patron de la SNCF Guillaume Pepy, cité dans un communiqué.

Un budget de 57 millions d'euros pour ce projet amibitieux

La SNCF a budgétisé ce projet ambitieux : 57 millions d’euros, qu'il financera à 30%, le reste étant géré par l’État (30%) et les autres acteurs impliqués (40%). L'entreprise ferroviaire explique vouloir faire rouler davantage de trains sur les lignes les plus fréquentées et diminuer la consommation d'énergie en optimisant la conduite.

Si c'est une innovation, ce n'est pas une première. En effet, un train autonome roule déjà sur 280 kilomètres en Australie occidentale entre la mine de fer de Tom Price (Rio Tinto) et le port de Cap Lambert pour transporter à 80 km/h 28.000 tonnes de minerais. Un convoi de trois kilomètres tiré par trois locomotives a effectué son premier voyage le 10 juillet dernier.