Paris se prépare au pire, alors que la Seine continue à monter. De nombreuses évacuations sont prévues et les transports commencent progressivement à se mettre à l’arrêt, dans l’attente de la décrue qui s’annonce d’ores et déjà très lente.


La Seine pourrait atteindre le niveau critique de 6,50 mètres


Les scientifiques misaient sur une élévation du niveau de la Seine à 5,20 mètres, celle-ci vient de dépasser les 6 mètres. Du jamais vu depuis 30 ans, affirment les experts, qui craignent que cette crue ne fasse de nouvelles victimes dans la capitale.


Cette progression ne devrait d’ailleurs pas s’arrêter, puisque le ministère de l’Environnement a annoncé en début d’après-midi que le pic de crue sur Paris est prévu vendredi soir, « vers 6,30 m, voire 6,50 m dans des hypothèses plus défavorables ». « Il faut signaler qu’il s’agira d’un plateau plus que d’un pic », a par ailleurs annoncé le gouvernement. « Ce niveau haut devant rester relativement stable pendant tout le week-end avant d’amorcer la décrue. La décrue est toujours plus lente que la montée des eaux, et c’est un point essentiel à gérer », a encore déclaré le ministère de l’Environnement. Ces événements rappellent la dernière grande crue qu’a connue la capitale, en 1982.


Des évacuations sont à prévoir en aval de Paris


Les conséquences de ces événements pourraient se faire sentir dans les jours à venir et, dans un communiqué, le ministère de l’Environnement estime que le long de la Seine, dans le Bois de Boulogne mais aussi sur l’Ile de la Jatte, l’Ile Saint Germain ou encore à Rueil Malmaison, des inondations sont à prévoir et des évacuations sont d’ores et déjà anticipées.


Dans la capitale, les bords de Seine sont dans l’eau et la crue a provoqué de nombreux incidents dans les transports en commun franciliens. Le RER C est à l’arrêt et la RATP vient d’annoncer la fermeture de la station de métro Cluny la Sorbonne. Les musées du Louvre et d’Orsay ont été fermés afin de procéder à des mises en sûreté d’œuvres situées en zones inondables. 

Les inondations qui frappent la France depuis une semaine ont fait deux morts pour le moment. Le gouvernement s’est toutefois inquiété « qu’on puisse découvrir des victimes » avec la décrue, qui « va être très lente ».

À lire aussi : Que faire en cas d’inondations ? Quelques consignes utiles