La ministre de la Santé Agnès Buzyn, interrogée par BFM Politique, est revenue sur la réforme des retraites, et sur les premiers éléments qui la constitueront.

Dernière réunion entre Jean-Paul Delevoye et les partenaires sociaux

La réforme des retraites, dont la concertation est menée par Jean-Paul Delevoye depuis plusieurs mois, approche de sa conclusion. Si tout se passe comme prévu, les conclusions devraient être rendues publiques au mois de juin. Cette semaine, le haut-commissaire à la réforme rencontrera une dernière fois les syndicats et le patronat, et l’affaire sera quasiment bouclée.

Interrogée sur BFM Politique, la ministre de la Santé Agnès Buzyn est revenue sur cette réforme en apportant son point de vue sur les avancées qu'elle devrait mettre en application afin de dessiner une retraite « beaucoup plus équitable, beaucoup plus lisible » et qui « pérennisera notre système de retraite par répartition ».

Vers la création d’un minimum retraite

Si aucun indice n’a été donné quant au contenu de cette réforme attendue, la ministre a confirmé, comme le Président avant elle, que l’âge de départ à la retraite resterait 62 ans, étant entendu que de nombreux actifs dépassent cet âge légal, et que le gouvernement espère inciter les Français à ne pas considérer ce seuil comme une date limite après laquelle personne ne doit pouvoir travailler.

D’autant que, dans les faits, si tous les Français partent à la retraite à 62 ans, l’équilibre financier ne pourra être atteint. La ministre a également abordé la question d’une retraite minimale. Cette dernière pourrait être fixée à 1.000 €, soit quelques dizaines d’euros de plus que le minimum vieillesse.

À lire aussi : Que pensent les Français de leur future retraite ?