Faire écouter des musiques familières aux patients atteints d’Alzheimer permettrait de diminuer la prise de psychotropes et d’agir efficacement sur les troubles du comportement.  

La musique permet de limiter la prise de médicaments

Aux États-Unis, un programme de musicothérapie intitulé Music & Memory a été mis en place dans plusieurs établissements prenant en charge des patients atteints de démence. Il consiste à faire écouter aux malades des morceaux de musique qu’ils connaissent et apprécient.

Évalué dans la revue American Journal of Geriatrics Psychiatry, ce programme aurait des effets bénéfiques sur la santé des patients et permettrait de réduire la quantité de médicaments qu’ils prennent. Sur les 25 000 personnes étudiées souffrant d’Alzheimer et ayant suivi cette thérapie par la musique, 20 % (soit 5 000) ont arrêté de prendre des antipsychotiques, souvent prescrits aux patients atteints d’Alzheimer, alors même qu’ils ne permettent pas de soigner les signes de démence liés à la maladie et favorisent les chutes et les complications.

La musicothérapie : une arme contre Alzheimer

Mais l’effet de la musique sur Alzheimer ne s’arrête pas à une limitation de la prise de psychotropes. En effet, face aux limites des traitements médicamenteux, plusieurs pistes ont été explorées pour agir sur les troubles du comportement liés à la maladie d’Alzheimer. Et la thérapie par le musique est celle qui semble, à ce jour, la plus efficace, à la fois pour la mémoire et l’humeur.

Voilà qui devrait encourager le développement de programmes de musicothérapie, qui sont déjà utilisés dans certains établissements français. Aux États-Unis, une petite centaine de maisons de retraite appliquent le programme Music & Memory.

À lire aussi : Alzheimer : un test génétique détermine quand la maladie se déclenchera