Tous les grands séismes ont un point en commun : la position de la Lune au moment où ils sont survenus. Des chercheurs viennent de révéler l’impact des cycles lunaires sur les tremblements de terre.

La Lune exerce des pressions sur la croûte terrestre

La Lune et ses phases sont reconnues depuis toujours pour avoir un impact sur la nature, et notamment sur les marées. Depuis longtemps, les scientifiques soupçonnaient également la Lune de jouer un rôle dans la survenue des gros séismes. Un doute qui n’avait encore jamais été confirmé, jusqu’à ces derniers jours.

Des chercheurs japonais viennent en effet de publier une étude dans la revue Nature Geosciences, dans laquelle ils affirment que la Lune, notamment lorsqu’elle est pleine, peut exercer des pressions sur la croûte terrestre et déclencher le premier domino d’une longue chaîne qui peut conduire à un séisme.

Un risque de gros séisme tous les 14 jours, 18 heures et 22 secondes

Ces scientifiques ont découvert que lorsque la lune est pleine, autrement dit lorsqu’elle est diamétralement opposée au soleil et que la terre les sépare, l’attraction gravitationnelle du soleil d’une part, et de la lune d’autre part, provoque des déformations sensibles de la terre. Cet effet de tension impacte particulièrement les couches tectoniques qui se chevauchent, pouvant provoquer des séismes de grandes magnitudes. Les séismes de Sumatra (magnitude 9,4) en 2004, de Tohoku-Oki (magnitude 9) en 2011, et du Chili (magnitude 8,8) en 2010 sont tous trois représentatifs de cette découverte scientifique.

C’est en étudiant des dizaines de milliers de séismes que les chercheurs sont parvenus à la conclusion selon laquelle la lune, qu’elle soit pleine, ou nouvelle, pouvait être un élément déclencheur de séismes. Tous les 14 jours, 18 heures et 22 secondes, le risque de grand tremblement de terre serait donc à son paroxysme.

À lire aussi : Les phénomènes naturels en chiffres