Le gouvernement australien a finalement assuré que la Grande barrière de corail n’est pas en train de mourir. Il a d’ailleurs informé l’Unesco des mesures prises pour protéger ce site classé au patrimoine de l’Humanité.

Une hécatombe de coraux d’ampleur inédite

La Grande barrière de corail a bien failli être placée par l’Unesco sur la liste des sites en périls en 2015. Le gouvernement australien avait jusqu’au 1er décembre pour remettre son rapport à l’Unesco concernant un plan de sauvetage appelé « Barrière 2050 ».

Le dérèglement climatique a causé une hécatombe de coraux d’ampleur inédite. Le site a ainsi subi le phénomène de blanchissement le plus sévère qu’il n’ait jamais connu. Finalement, près de deux tiers des coraux sont morts dans la partie nord de la barrière, alors que le reste du site s’en sort avec des dégâts moins importants.

Un plan de 1,4 milliard d’euros mis en œuvre par le gouvernement

32 mesures sur un total de 151 ont été appliquées par Canberra. « La barrière n'est pas morte, elle n'est pas en train de mourir, elle est résistante, elle est en bonne santé et nous avons fait de grands pas en avant ces dernières années », a déclaré le ministre de l'Environnement Josh Frydenberg. Le gouvernement australien s’est engagé à dépenser 1,4 milliards d’euros durant les dix prochaines années, pour lutter contre les ruissellements agricoles qui favorisent l’apparition des couronnes d’épines.

L’Australie a également interdit le déversement des déchets de dragage en mer. Toutefois, aucune mesure de plan ne concerne la lutte contre le changement climatique, qui est pourtant une menace principale. Canberra dit s’attarder sur cette question par l’intermédiaire de l’accord de Paris sur le climat. 

Vous aimerez aussi : Grande barrière de Corail en Australie filmée en 360°