Un texte, voté sous la présidence de Barack Obama et restreignant la chasse en Alaska, est en passe d’être annulé par l’administration Trump. Il autorise notamment la chasse depuis des hélicoptères dans les réserves naturelles.

La Chambre des représentants et le Sénat valident le retour de la chasse en hélicoptère

Le surpuissant lobby des armes à feu devrait vraisemblablement remporter une nouvelle victoire aux États-Unis, alors que le Sénat a abrogé, mardi 21 mars 2017, un texte voté sous la présidence précédente, et qui interdisait certaines formes de chasse jugées trop peu éthiques.

L’ours et le loup d’Alaska sont au cœur de cette polémique, puisque si le président Donald Trump confirme la décision prise par la Chambre des représentants, puis par le Sénat, il sera de nouveau possible de chasser le gibier sauvage depuis un hélicoptère, dans les réserves naturelles.

Les associations se mobilisent contre le retrait de cette loi

Le texte, voté il y a à peine quelques années, interdisait également la pose de pièges, d’appâts, ainsi que le fait de chasser les femelles, particulièrement lorsqu’elles étaient près de leur portée. Mais cette loi avait été jugée abusive par les élus républicains d’Alaska, qui estimaient que cette prérogative revenait à leur État et non au gouvernement fédéral.

Les associations de défense des animaux et d’interdiction des armes à feu se mobilisent pour que la présidence ne valide pas le retrait de cette loi. Dans un communiqué, la présidente du groupe Defenders of Wildlife a notamment déclaré qu'en passant cette loi, le congrès avait « non seulement échoué dans sa tâche de protéger les ours et les loups, mais également tous les citoyens partisans d'un management équilibré, juste et scientifique de la faune sauvage et du patrimoine naturel ».

Vous aimerez aussi : 79 % des Français favorables à une interdiction de la chasse le dimanche