D'après une récente étude, l’alcool aurait des vertus analgésiques et permettrait de réduire la sensation de douleur plus efficacement que le paracétamol. 

L’alcool permet de limiter la sensation de douleur  

Selon des chercheurs de l’Université de Greenwich au Royaume-Uni, l’alcool permettrait d’augmenter le seuil de tolérance à la souffrance, ce qui diminuerait l’intensité de cette dernière d’un quart. Pour parvenir à de telles conclusions, ils ont passé au crible les résultats de 18 études portant sur les effets de l’alcool sur le seuil de tolérance à la douleur et le ressenti de la souffrance menées auprès de 400 personnes.

« Plus le taux d’alcool dans le sang est élevé, plus l’effet analgésique est fort », affirment les chercheurs dans la revue The Journal of Pain. Consommer deux pintes de bière serait donc plus efficace pour lutter contre la douleur que la prise de paracétamol, un médicament aux vertus analgésiques.  

L’alcool aurait des vertus analgésiques

« Les résultats suggèrent que l’alcool est un analgésique efficace qui permet une diminution significative de l’intensité de la douleur. Cela pourrait expliquer les abus d’alcool chez les personnes souffrant de douleurs chroniques, en dépit de ses conséquences sur la santé à long terme », indiquent les chercheurs dans leur étude.

Si l’alcool semble présenter des vertus analgésiques réelles, il peut aussi être à l’origine de troubles et maladies graves. « La plus forte réduction de la douleur a lieu quand les doses d’alcool dépassent les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé sur la consommation d’alcool à faible risque et suggère qu’une plus grande sensibilisation des patients les plus vulnérables aux méthodes alternatives et moins nocives pour lutter contre la douleur serait bénéfique », concluent les chercheurs.

À lire aussi : L’alcool responsable de 7 cancers ?