Les prix à la consommation ont augmenté de 0,3 % en France au mois de décembre par rapport au mois précédent, comme le montrent les estimations provisoires de l’INSEE. Sur l’année 2016, ces prix ont connu une hausse de 0,6 %, soit le niveau d’inflation le plus élevé depuis l’année 2014. 

À l’origine de cette hausse : le rebond des prix de l’énergie

Alors que pendant deux années consécutives l’inflation était quasi nulle, les prix à la consommation ont fini par augmenter légèrement en 2016. En effet, les prix ont augmenté de 0,3 % au mois de décembre en France par rapport au mois de novembre, comme le confirment les chiffres de l’INSEE. Cette hausse est principalement due au rebond des prix de l’énergie, mais aussi à la hausse des prix des services.

Les prix des services ont augmenté progressivement fin 2016, notamment ceux liés aux transports aériens. Les prix à la consommation ont connu une hausse de 0,6 % sur an en 2016, contre 0,5 % en 2015. Pour Éric Heyer, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), cette inflation modérée prouve que l’économie française est en bonne santé.

Quelles prévisions pour 2017 ?

La Banque centrale européenne envisage d’atteindre les 2 % d’inflation au sein de la zone euro. Or, la France est encore très loin de cet objectif, tout comme les autres pays de monnaie unique. L’INSEE estime que l’inflation devrait augmenter au premier semestre 2017, mais à un rythme modéré de 1 %.

Le gouvernement prévoit une hausse de 0,8 % sur l’année, alors que la Banque de France mise sur une hausse de 1,2 %. Cette inflation ne se traduira pas mécaniquement par un redémarrage de l’activité économique. « Si les prix augmentent plus vite que les salaires, mécaniquement, ça va mordre sur le pouvoir d'achat des Français », résume Éric Heyer au journal Le Figaro.