Le gouvernement a entrepris de lister la totalité des ponts français afin de les classer selon leur état de santé. Deux ponts dans un état critique viennent d’être réparés.

Deux ponts français réparés après avoir été listés comme étant dans un état critique

La catastrophe du pont de Gênes aura permis une véritable prise de conscience des autorités françaises. Depuis l’effondrement de ce viaduc, le 14 août dernier, le ministère des Transports a entrepris un vaste inventaire des ponts et routes qui nécessitent un entretien de toute urgence, et des travaux de grande ampleur devraient être entrepris.

Ce mercredi 26 septembre, le gouvernement a publié une liste de 164 grands ouvrages. S’il n’y a pas urgence pour chacun d’entre eux, cette liste offre un classement des travaux à réaliser, par priorité. « Cette classification de l’état des ponts est un outil pour indiquer le niveau des réparations nécessaires et leur degré d’urgence. Elle ne traduit pas de risque de sécurité », indique ainsi le ministère des Transports.

Le réseau routier français compte 24.000 ponts

À la lecture de cette liste, on apprend que deux ponts français entrent dans la catégorie des ouvrages « dont la structure est gravement altérée et nécessite une intervention urgente ». Ces deux ponts sont le viaduc d’Echigen, dans le Pas-de-Calais, et celui de Caronte dans les Bouches-du-Rhône. Ce dernier devrait cependant rapidement sortir de cette catégorie, puisque des travaux ont été réalisés. D’autres sont par ailleurs en cours sur le premier.

Parmi les 164 ponts recensés, 21 entrent ensuite dans la catégorie de ceux « dont la structure est altérée et nécessite des travaux de réparation, sans caractère d’urgence ». Cette liste ne compte par ailleurs qu’un seul pont en très bon état, la plupart sont considérés comme ayant des défauts mineurs, sans danger immédiat, mais qui demanderont sans doute des réparations dans les années qui viennent. Cette liste, non exhaustive, devrait être enrichie progressivement de la totalité des 24.000 ponts qui se trouvent sur le réseau routier français.

À lire aussi Faut-il installer des péages urbains inversés à l’entrée des villes ?