Les parlementaires ont voté, jeudi 6 mai, la possibilité d’assouplir la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires. La décision pourra être prise par les maires et les départements. 

Une décision des maires et des départements

C’était une mesure qui symbolisait la grogne des Gilets Jaunes. La limitation à 80 km/h sur toutes les routes secondaires, entrée en vigueur en juillet 2018, pourra être revue par les maires et les présidents de département. Ils pourront désormais réhausser la limitation de vitesse à 90 km/h. 

Adoptée par les députés lors d’un vote à main levée, dans la soirée de jeudi 6 mai, la résolution est en réalité un article du projet de loi d’orientation mobilité (LOM). Elle donne pouvoir aux départements et aux communes de déroger à la limitation. 400.000 kilomètres de routes secondaires étaient concernés par l’abaissement de la vitesse autorisée de 90 à 80 km/h. 

« 127 vies épargnées » grâce aux 80 km/h

Cependant, les routes nationales ne sont pas concernées par cet assouplissement. « Les préfets ne dérogent pas aux décisions du Premier ministre ». Le Sénat avait pourtant inclus les routes sous autorité de l’État. 

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a avancé qu’au cours du second semestre 2018, 127 vies ont été épargnées « grâce à la limitation à 80 km/h ». Une déclaration qui n’a pas convaincu l’opposition. La ministre souhaite à travers cette mesure « faire confiance aux élus ». 

À lire aussi : Limitation de la vitesse : les départements qui repassent à 90 km/h