Les appels à la grève le jeudi 22 mars 2018 se multiplient. Cheminots, pilotes et fonctionnaires vont se retrouver dans la rue.

Des réformes et des mécontents

Le jeudi 22 mars 2018 s’annonce déjà comme une journée noire. En effet, les appels à la grève lancés par les syndicats se multiplient. Parmi les mécontents : les cheminots, des pilotes d’avion, les fonctionnaires. Le pays risque bien d’être paralysé et les syndicats semblent déterminés à lutter.

Concernant les réformes, notre président Emmanuel Macron nous a prévenus alors qu’il était en visite officielle en Inde : « Ça ne s'arrêtera ni demain, ni le mois prochain, ni dans les trois mois ». Il va donc falloir s’attendre à un bras de fer entre les syndicats et le gouvernement. Nombreux sont en effet ceux qui descendront dans la rue pour exprimer leur colère et leur mécontentement.

Cheminots, pilotes et fonctionnaires feront la grève

Parmi les grévistes se trouveront les cheminots, bien déterminés à protester contre le projet de la réforme ferroviaire qui prévoit la fin de leur statut leur offrant actuellement de nombreux avantages. Les fonctionnaires seront eux aussi de la partie pour lutter contre la réforme du service public. Cette dernière prévoit en effet de nombreuses mesures comme la restauration du jour de carence, ainsi que des suppressions d’emploi et le recours aux contractuels.

Mais ce n’est pas tout ! Viendront s’ajouter les pilotes de Hop!, la filiale low cost d’Air France, appelés à se mobiliser par le FUC (Flight union cockpit). Ces derniers sont en effet inquiets concernant les négociations qui devront porter sur leurs conditions de travail. Le lendemain, le vendredi 23 mars, ce sont leurs collègues d’Air France qui descendront dans la rue pour défendre leurs salaires.

À lire aussi : SNCF : un nouveau plan pour lutter contre les retards