Durant l'été certaines sociétés ont effectué un démarchage agressif, proposant l'isolation à un euro. Prudence, la DGCCRF dénonce des arnaques et indique que de nombreuses plaintes ont été déposées.

Isolation à un euro : la DGCCRF dénonce des arnaques

L'isolation thermique à un euro est une aide bonifiée pour les ménages modestes dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE) mis en place par l'État. L'entreprise de travaux doit être signataire de la charte « coup de pouce isolation » du ministère de la Transition écologique. Mais durant l'été, le démarchage téléphonique a viré au harcèlement et de nombreuses arnaques ont été constatées.

Les propriétaires reçoivent ainsi « jusqu’à vingt appels par jour, souvent de manière agressive » déplore la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) dans une note publiée début août, qui appelle à la vigilance. En effet, la DGCCRF indique avoir reçu de nombreuses plaintes pour malfaçon à ce sujet.

Pas de pénalités pour les particuliers

Ces entreprises n'hésitent pas à mentir en prétendant être mandatées par des organismes officiels. Elles indiquent aussi « que des travaux d'économie d'énergie sont obligatoires afin de ne pas payer de taxe carbone ou autres pénalités "environnement". » La DGCCRF rappelle que la réglementation ne prévoit pas de telles pénalités pour les particuliers. Enfin, les contrats conclus « ne respectent pas les dispositions du code la consommation : formalisme du contrat non conforme, absence de bordereau de rétractation, perception immédiate du paiement, absence de qualification professionnelle. »

Or, les risques encourus sont grands puisque plusieurs particuliers ont fait état de malfaçons « qui laissent craindre d’éventuels débuts d’incendies dans les habitations », a ainsi expliqué sur France 3 Michel De Abreu, secrétaire général de la Capeb Grand Est (confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment). Au final, la DGCCRF appelle les particuliers à « ne pas donner suite à des entreprises qui se disent mandatées par des organismes publics ou qui [les] menacent de pénalités ». Il ne faut « jamais signer dans la précipitation » et se renseigner sur l'entreprise, notamment, auprès des conseillers du réseau public Faire.

À lire aussi : Nos conseils pour réduire la consommation de chauffage