En 2018, deux axes de la politique fiscale du gouvernement entreront en vigueur : la réforme de l’ISF et la suppression de la taxe d’habitation pour les ménages les plus modestes.

La réforme de l’ISF

Alors que le gouvernement a découvert une situation budgétaire plus compliquée que prévu, l’agenda de ses réformes fiscales s’est retrouvé chamboulé et plusieurs mesures envisagées pendant la campagne ont été décalées à 2019, voire après. Mais d’après Le Figaro, dont les informations ont été confirmées par une source ministérielle, deux réformes entreront en vigueur dès 2018.

La réforme de l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune), promise par Emmanuel Macron lors de sa campagne, verra donc le jour en 2018. Elle consiste à transformer l'ISF en un « impôt sur la fortune immobilière » excluant les revenus du capital. Cette mesure, destinée à attirer les investisseurs, représente un manque à gagner de 2 milliards d’euros pour l’État.

L’exonération de la taxe d’habitation pour les ménages modestes

Autre engagement de campagne d’Emmanuel Macron : l'exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages français. La suppression de cet impôt qualifié d’injuste par Emmanuel Macron devrait coûter 10 milliards d’euros par année pleine à l’État.

Pour bénéficier de cette exemption, le revenu fiscal ne devra pas être supérieur à 20.000 € par an et par part, et à 40.000 € par an pour un couple marié. 

À lire aussi : Les priorités environnementales du quinquennat d’Emmanuel Macron