Ce lundi 6 août 2018, une étude publiée par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) rappelle qu'il est déjà presque trop tard pour éviter à la Terre de devenir une véritable fournaise d'ici moins de cent ans. 

Le réchauffement climatique est déjà trop avancé

Le processus de décision politique est lent en termes d'écologie. Il lui faut des années pour effectuer de minuscules avancées sur des problèmes flagrants. En parallèle, la nature n'attend pas. Comme le souligne à nouveau une étude publiée ce 6 août 2018 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), il ne suffira pas de réduire légèrement les émissions de gaz à effet de serre pour sauver l'environnement. 

La plupart des signes d'alertes naturels sont visibles : plusieurs espèces sont en voie de disparition, la vie sauvage se raréfie dans l'océan, les calottes polaires fondent et les climats se dérèglent. Il faut savoir que ce n'est que le début - puisque ce qui se déroule en 2018 avait déjà été prévu par les scientifiques dans les années 1970. Les émissions de gaz à effet de serre ont des répercussions des années après avoir été émis. Il est encore difficile de déterminer quand ils cessent d'être néfastes et quelle quantité il est encore possible d'en émettre avant d'arriver à un point de rupture. 

La Terre deviendra probablement une fournaise d'ici 100 ans

En ce mercredi 8 août 2018, même si le monde entier cessait immédiatement d'émettre des gaz à effet de serre, la température à la surface de la Terre continuerait à augmenter durant plusieurs dizaines années. A priori les températures augmenteront même suffisament pour largement dépasser les 2 degrés Celsius de réchauffement climatique auxquels les dirigeants politiques essayeraient en ce moment même de se limiter avec les accords de Paris - signés lors de la Cop21. 

Ceci explique l'inquiétude des scientifiques et des écologistes, notamment parce qu'il existe également des effets de seuil naturels. Imprévisibles, les effets de seuil correspondent à un instant de la courbe où les réactions naturelles à un phénomène se dérèglent brutalement sans retour possible. Autrement dit, l'addition de la déforestation, de la chute des glaces et des diverses pollutions dont celle des gaz à effets de serre rendront à termes la Terre inhabitable si aucune décision significative n'est entérinée dans un avenir extrêmement proche. 

Lire aussi - Déforestation : l’équivalent d’un terrain de football disparaît toutes les 7 secondes en Amazonie