Un responsable de plusieurs agences de pompes funèbres lyonnaises est soupçonné par les autorités judiciaires d'avoir dérobé les dents en or de plusieurs dépouilles confiées à ses services. 

L'homme est soupçonné de vols sur des personnes décédées

Tout a commencé lorsqu'une de ses collègues a découvert que la bouche d'une personne décédée avait été recousue lors des derniers soins d'habillage et de maquillage, à l'encontre du souhait exprimé par les proches du défunt. Déjà suspicieuse à l'égard de son responsable, la femme à part la suite découvert une boîte pleine de dents en or cachée dans la boîte à gants du véhicule de fonction de ce dernier. 

Le responsable des pompes funèbres lyonnaises soupçonné d'avoir subtilisé des dents en or sur plusieurs dépouilles a été placé en garde à vue le 14 juillet 2018. Libéré sous caution après une mise en examen pour « atteinte à des dépouilles » et donc non-respect de la dignité humaine, l'accusé est désormais placé sous contrôle judiciaire. S'il s'avérait coupable, l'homme pourrait ne pas en être à son premier vol. 

S'il est coupable, il peut être condamné à de la prison

Le responsable des pompes funèbres lyonnaises accusé de subtiliser des dents en or sur les corps des défunts a créé son entreprise en 2006. Si les accusations portées à son égard étaient avérées, il pourrait donc avoir fait plusieurs dizaines de victimes depuis le début de son activité professionnelle. 

Les dépouilles humaines sont protégées par des dispositions juridiques, certes plus faibles que celles accordées aux humains, mais néanmoins extrêmement fortes en raison du respect et de la dignité dus en toutes circonstances aux corps humains. Les cadavres sont considérés comme une chose spéciale dont l'intégrité doit être respectée. La profanation de la dépouille d'une personne décédée peut donc conduire son auteur en prison un ou deux ans et à une sanction de 15.000 à 30.000 € d'amende. 

À lire aussi : Quels sont les cimetières les plus chers de France ?