Ce jeudi 16 mars 2017, au Salon mondial du tourisme à Paris, l’affichage environnemental pour les hôtels a été officiellement lancé. Une centaine d’établissements français ont accepté de s’y soumettre.

Affichage environnemental : une note évalue les pratiques des hôtels

Ce jeudi 16 mars 2017, l’affichage environnemental a été lancé au Salon mondial du tourisme à Paris : les hôtels qui acceptent de s’y plier reçoivent une note, allant de A (très bien) à E (très mauvais), qui permet d’évaluer l’impact environnemental d’une nuitée au sein de leurs établissements. Cette mesure, testée depuis 2011 par le ministère de l’Environnement et avec le soutien de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), voit enfin officiellement le jour.

La mesure a encore du mal à prendre auprès des établissements hôteliers franciliens : sur les 17 000 hôtels que compte la France, seule une centaine a accepté de se plier à l’affichage environnemental.

Affichage environnemental : les critères pris en compte

La note finale attribuée aux établissements prend en compte de nombreux paramètres : consommation d’eau, d’électricité, déchets du petit déjeuner. Il est demandé aux hôtels soumis à l’affichage environnemental d'offrir des garanties et de prendre des engagements en faveur d’un respect accru de l’environnement. Ils doivent par exemple remplacer les ampoules classiques par des ampoules LED ou encore installer des réducteurs de débit d’eau.

Si ces changements représentent un coût financier dans un premier temps, ils permettent aux établissements de faire des économies sur le long terme. En moyenne, les investissements réalisés pour optimiser la consommation d’énergie sont rentabilisés au bout de six années.