D’après l’OMS, près de 773 cas de choléra ont été enregistrés entre le 9 et 15 octobre dernier sur l’ensemble du pays. Le nombre de cas aurait ainsi augmenté après le passage de l’ouragan.

Inconscients, les Haïtiens n’évacuent pas avant l’ouragan

Les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes malgré la menace de l’ouragan Matthew qui était prévu dans la soirée du 3 octobre dernier. Classé en catégorie 4 sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte 5, l’ouragan Matthew a été qualifié de « dangereux » par les météorologues américains.

Aucun des habitants présents sur les plages ne croit que le niveau de la mer puisse monter de deux mètres, comme l’ont annoncé les prévisions. Si des consignes de précaution sont bien parvenues jusqu’aux oreilles des Haïtiens, la plupart n’ont toutefois pas la capacité de les appliquer. Après son passage, l’ouragan a eu des conséquences désastreuses.

Un bilan alarmant pour l’Haïti

Le passage de l’ouragan Matthew a tué près de 900 personnes, détruit une partie de l’île mais aussi ravagé les récoltes. Plus grave encore, il laisse dans son sillage une épidémie de choléra. Apparue en 2010 après le séisme qui avait dévasté l’île, le nombre de cas s’élevait cette année à 300 000. Depuis 2010, l’épidémie était passée sous le seuil des 30 000 cas par an. Cependant, le nombre de personnes contaminées a augmenté après l’ouragan.

Selon le Dr Jean-Luc Poncelet, représentant de l'OMS en Haïti, la situation pourrait encore s'aggraver. Il chiffre en effet à 1,4 million le nombre de personnes qui auraient besoin d'une assistance médicale immédiate. 

Vous aimerez aussi : La vie à Haïti