Trois élevages de canards ont été testés positifs à la grippe aviaire, en Bretagne. Les 25.000 oiseaux concernés vont être abattus, par mesure de précaution.

Des cas de grippe aviaire détectés dans trois élevages bretons

Des cas de grippe aviaire ont été détectés dans trois élevages du Morbihan, dimanche 4 février 2018. Dans les communes d’Arzal, de Pluméliau et de Sérent, des mesures de conditionnement ont été ordonnées par la préfecture pour que la contamination ne se répande pas. 25.000 canards sont concernés et les premières opérations d’abatages ont été mises en œuvre.

Dans un communiqué, la préfecture a indiqué que ces foyers étaient faiblement pathogènes. Toutefois, l’abattage est la seule option dans ces conditions, afin que le virus ne mute pas et ne devienne plus virulent. Ce virus reste, dans la très grande majorité des cas, sans danger pour l’homme.

Une épidémie incomparable avec celle qui a frappé le Sud-Ouest en 2016-2017

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) précise toutefois que « l’homme peut être infecté par des virus grippaux aviaires », cependant « la majorité des cas humains d’infection sont associés à des contacts directs avec des animaux ou des environnements contaminés, mais ils n’entraînent pas de transmission interhumaine efficace de ces virus ». « Il n’existe aucune donnée tendant à prouver que les virus grippaux aviaires [...] puissent être transmis à l’homme par des aliments convenablement cuits », explique encore l’OMS.

L’apparition de cas de grippe aviaire localisés reste en outre fréquente et sans gravité, contrairement à l’épidémie qui a frappé le Sud-Ouest l’hiver 2016-2017. Durant plusieurs semaines, une grippe aviaire dont la souche avait été qualifiée de « hautement pathogène », avait conduit à l’abattage de plusieurs dizaines de milliers d’oiseaux.