Le passage de la France en risque élevé à l’égard de la grippe aviaire a été annoncé mardi. La propagation du virus H5N8 a été constaté sous une forme hautement pathogène en France et en Europe.

Découverte de plusieurs foyers du virus H5N8 sur le territoire

Le niveau de risque concernant la grippe aviaire a été relevé mardi 6 décembre de « modéré » à « élevé ». Ce choix a été pris par le ministère de l’Agriculture après la découverte de plusieurs foyers d’influenza aviaire H5N8 « hautement pathogène ». Cette décision a été motivée par « l'évolution rapide de la situation sanitaire en France et dans plusieurs pays d'Europe et par la dynamique de propagation du virus » transporté par des oiseaux migrateurs, a précisé le ministère dans un communiqué.

Plusieurs pays sont également touchés par ce virus dont la Suède, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Suisse. Le passage à un niveau de risque élevé est principalement lié à la contamination de la volaille domestique, y compris hors des zones humides.

L’instauration de mesures de protection renforcées

Le risque élevé entraîne nécessairement la mise en place de mesures supplémentaires sur l’ensemble du territoire. En effet, cela passe par l’obligation de pose de filets afin d’empêcher tout contact avec des élevages commerciaux de volailles. De plus, les rassemblements de volailles vivantes sont interdits, notamment sur les marchés. Certaines dérogations peuvent autoriser ces rassemblements sous conditions de sécurité.

Si les éleveurs de volailles appliquent généralement les mesures sanitaires d’urgence, le plus difficile reste d’informer les particuliers qui possèdent une basse-cour privée ou les chasseurs. Les préfets tentent de faire passer les informations aux propriétaires de basses-cours par l’intermédiaire des mairies. Pour ce qui concerne la chasse, les lâchers de gibiers à plume restent interdits sur toute la France. 

À lire aussi : Grippe aviaire : « risque élevé » dans de nombreuses communes