Le virus H5N8 continue de s’étendre dans les élevages du Sud-Ouest, mais pas uniquement. Un élevage du Val-d’Oise a également été touché par le virus H5N2, un cas de grippe aviaire faiblement pathogène. L’OMS appelle donc à la vigilance et recommande de doubler les efforts en matière de prévention.

L’état d’alerte élevée déclenché par l’OMS

Le 23 janvier dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué être en état d’alerte élevée face aux risques de propagation de la grippe aviaire, affectant plusieurs dizaines de pays d’Europe et d’Asie. Actuellement, 36 cas humains de grippe aviaire ont été mortels en Chine. « Nous ne pouvons pas nous permettre de manquer les signes avant-coureurs », a précisé Margaret Chan lors de l'ouverture du 140ème Conseil exécutif de l'OMS à Genève.

Depuis plus de deux mois, une quarantaine de pays d’Asie et d’Europe sont confrontés à des cas de grippe aviaire « hautement pathogène ». La Chine a enregistré une importante hausse de cas humains liés à la souche H7N9. « L'OMS ne peut garantir qu'il ne se transmet pas d'homme à homme », a ajouté Margaret Chan.

L’OMS émet ses recommandations

Dans un tel contexte, l’Organisation invite les pays membres à surveiller de très près l’évolution de la grippe aviaire et à signaler l’ensemble des cas de forme humaine de cette maladie. Margaret Chan affirme que la communauté internationale dispose aujourd’hui de meilleurs outils pour lutter contre une éventuelle épidémie par rapport à la période 2009-2010.

L’OMS recommande ainsi à la population d’éviter tout contact avec les oiseaux ou d’autres animaux malades. Elle incite également au respect des bonnes pratiques de sécurité sanitaire des aliments et d’hygiène alimentaire.