Début avril, la mobilisation des grévistes était très forte et la SNCF avait estimé les pertes à 20 millions d’euros par jour. Finalement, la grève devrait coûter moins cher à l’entreprise.

Le coût de la grève revu à la baisse

Cela fait plusieurs mois que la grève des cheminots a commencé et alors qu’elle doit prendre fin en juin, l’heure est venue de faire les comptes. Lundi 9 avril, soit 6 jours après le début de la grève, le patron de la SNCF avait annoncé que la grève coûtait déjà une centaine de millions d’euros à son entreprise soit 20 millions d’euros par jour. Mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Finalement, la grève coûterait moins cher que prévu. 400 millions d’euros (tout de même !) jusqu’à la fin juin alors qu’au départ, l’entreprise avait estimé la facture a 500 millions jusqu’à fin mai. Selon Les Échos, « Cette estimation inclut les pertes de recettes, mais aussi les gestes commerciaux déjà réalisés et ceux à venir, notamment l'ampleur du dédommagement à consentir pour les clients des trains régionaux (TER) pour le mois de mai ».

Moins de grévistes donc plus de trains

Comment expliquer cette baisse de facture ? La raison se trouve du côté des grévistes. Très fortement mobilisés au début du mouvement social, leur nombre a baissé progressivement pour atteindre 13.000 gréviste par jour de grève, avec un taux de participation de 20 % chez les aiguilleurs, 45% chez les contrôleurs et 50% pour les conducteurs selon la SNCF.

La grève des cheminots serait-elle à bout de souffle ? Cela arrangerait les usagers ! En effet, le nombre de trains annulés est moins élevé dans ces cas-là. Ainsi, « la proportion de trains maintenus a, elle, augmenté. Elle est passée d'un peu moins de 2.900 le 3 avril (contre 14.000 en moyenne un jour de semaine), à plus de 8.500 le 29 mai » lit-on dans les colonnes des Échos. Une bonne nouvelle pour tous ceux qui prennent le train, notamment les Franciliens dont le Pass Navigo sera remboursé à hauteur de 50% pour avril et mai. Une indemnisation qui sera prise en compte dans la facture totale.

SNCF : un nouveau plan pour lutter contre les retards