Des chercheurs indiens et américains ont découvert que des substances contenues dans la muqueuse des grenouilles pourraient être utilisées pour soigner la grippe.

Le traitement contre la grippe serait-il dans la nature ?

Un peptide secrété par la muqueuse d'une espèce de grenouilles habitant au sud de l'Inde s'est avéré être un anti-viral efficace contre les cellules de grippe, estime une équipe de chercheurs dans leur article publié dans la revue Immunity. Ces peptides sont secrétés lorsque les grenouilles sont exposées à un courant électrique de faible puissance. Une fois entrés en contact avec des cellules de la grippe, ils percent des trous dans la membrane cellulaire de ces dernières, arrêtant de ce fait le développement de la maladie.

Des tests sur des souris sont concluants, mais ce n'est pas encore la victoire

Afin d'appuyer leur thèse, les chercheurs ont administré cette substance miraculeuse à des souris atteintes d'un virus de grippe. Résultat : les cellules de grippe ont été détuites et les souris ont toutes guéri. Cette prouesse est néanmoins à nuancer, car si le principal type de cellules de grippe (H1) a effectivement succombé, tous ne l'ont pas fait, comme le redoutable H3N3.

Des traitements à base de peptides antimicrobiens se sont avérés efficaces par le passé, notamment parce qu'une fois leur action accomplie, ils sont aussitôt détruits par les enzymes de notre corps. Il serait toutefois faux d'affirmer que la science est sur le point d'élaborer un vaccin universel contre la grippe.

À lire aussi : La grippe, ennemie publique n°1